Analyse boursière

L’analyse boursière est l’étude d’une action par ces ratios boursiers. L’objectif est de comparer la valeur en Bourse d’une société par rapport à ses fondamentaux. Ces ratios déterminent si l’action est surévaluée ou sous-évaluée par rapport à sa valeur théorique, par rapport à son secteur et à son évolution.

Le Bénéfice net par action (BNPA)

Le BNPA désigne le bénéfice net revenant à chaque action. Il est calculé comme suit :

BNPA = Résultat net / Nb d’actions

Il permet de connaître la part de bénéfice attribué à chaque action. Ceci permet une comparaison sur plusieurs années alors même que le nombre d’actions a pu évoluer. Il convient d’examiner l’évolution du BNPA d’une année sur l’autre pour déterminer si une société peut améliorer ses bénéfices.
Par exemple, si une entreprise publie un bénéfice de 20 millions d’euros pour l’année écoulée, et compte 5 millions de titres en circulation, alors le BNPA est de 4 euros.

Le rendement net

Ce ratio donne le rendement que procure le dividende pour une action. Il est calculé en pourcentage comme suit :

Rendement ( %) = Dividende / Cours du titre

Par exemple, si une entreprise verse chaque année un dividende de 2 euros par action, et que l’action cote 40 euros, alors son rendement est 5 %.
Les entreprises matures, bien établies, ou en situation de rente, tendent à offrir de meilleurs rendements. En revanche, les entreprises jeunes et en forte croissance versent typiquement des dividendes plus faibles, voire pas de dividende du tout.

Le taux de distribution

Le taux de distribution représente la part des bénéfices que l’entreprise redistribue à ses actionnaires sous forme de dividendes. Il s’exprime en pourcentage et est calculé à partir du dividende par action sur le BNPA.

Taux de distribution ( %) = Dividende par action / BNPA

Un taux de distribution faible peut indiquer que l’entreprise préfère privilégier ses investissements à la distribution de dividende et à l’inverse un taux de distribution élevé peut indiquer que la société reverse une forte partie de ces bénéfices directement en dividendes.
Donc si une entreprise verse chaque année un dividende de 2 euros par action et affiche un bénéfice de 4 euros par action (BNPA = 4 euros), alors son taux de distribution est 50 %. En d’autres termes, l’entreprise redistribue la moitié des bénéfices à ses actionnaires, sous forme de dividendes.

Le Price Earning Ratio (ou PER)

Comme on vient de le voir, le BNPA permet de comparer les bénéfices d’une entreprise à l’autre, mais il ne nous dit rien sur le prix de ces bénéfices. Autrement dit le PER est particulièrement utilisé pour estimer la “chèreté” d’une valeur par rapport à son secteur. Plus le ratio est élevé plus l’action est “chère”.  Mais ce ratio permet de comparer le prix d’une valeur par rapport à celles de son secteur.

Pour cette raison, les analystes fondamentaux utilisent le PER (price-to-earnings ratio) pour savoir comment le marché valorise les bénéfices d’une entreprise. Il reflète ainsi la croissance des bénéfices espérée par la bourse.
Il mesure le nombre de fois où le bénéfice net par action est contenu dans le cours de Bourse ou autrement dit le prix auquel l’actionnaire accepte de payer une rentabilité équivalente à n fois le résultat net. Il est calculé comme suit :

PER = Cours du titre / Bénéfice par action

Par exemple, si une action cote 120 euros et que l’entreprise enregistre un bénéfice de 10 euros par action (un BPA de 10 euros), alors le PER est de 12. L’action côte alors 12 fois ses bénéfices.

Comme le BNPA, le PER peut être calculé pour le passé (PER historique) pour le présent (PER actuel) ou pour le futur (PER projeté).
Pour savoir si un PER est sur ou sous-évalué, il faut le comparer à la moyenne du secteur. Un PER supérieur à cette moyenne sectorielle peut signifier que le titre est surévalué, d’où un risque de baisse du cours. Un PER inférieur à cette moyenne peut indiquer que le titre est sous-évalué, ce qui le rend potentiellement intéressant à l’achat.
Notez qu’une entreprise qui ne fait pas de bénéfice n’a pas de PER.

Price-to-earnings growth (PEG)

Un titre avec un PER élevé est-il toujours surévalué ? Pas nécessairement. Le titre peut avoir un PER élevé parce que les investisseurs sont convaincus que les bénéfices vont croître très rapidement dans le futur.
Heureusement, l’analyste dispose d’un autre ratio lui permettant de prendre en considération la croissance des bénéfices futurs : le PEG(Price-to-earnings growth).
Le PEG se calcule comme suit :

PEG = PER / Croissance bénéfices futurs ( %)

Par exemple, un titre avec un PER de 40 et dont la croissance du bénéfice est attendu en croissance de 20 % l’année suivante, alors son PEG est de 2.

En règle générale, plus le PEG est petit, le mieux c’est, car cela signifie que vous payez moins cher pour la croissance à venir.

Valeur nette comptable (VNC)

La valeur nette comptable d’une entreprise représente le patrimoine de l’entreprise, net de dette. C’est la somme des actifs de l’entreprise, à laquelle on retranche la somme de ses dettes. En d’autres termes, c’est la valeur des actifs si l’entreprise cessait son activité immédiatement. 

VNC (€) = Actifs – Dette

Si la compagnie fait un bénéfice qui n’est pas entièrement redistribué aux actionnaires (l’entreprise met le bénéfice en réserve), la VC augmente. Si l’entreprise enregistre des pertes, la VC diminue. Si la VC est négative, cela signifie que les placements sont inférieurs aux engagements et que la compagnie est insolvable.

Pour comparer la valeur nette comptable de deux entreprises, il faut utiliser la VNC par action, qui se calcule simplement, en prenant la VNC du dernier bilan et en la divisant par le nombre de titres en circulation.

Également, si la VNC par actuin est supérieur au cours actuel de l’action, l’action est sous-évaluée. A l’inverse, si le cours de l’action est nettement supérieur à la valeur comptable par action, l’action est surévaluée.

Le Price to Book Ratio (PBR)

Ce ratio est utilisé pour comparer la capitalisation boursière de l’entreprise avec sa valeur comptable. Il est calculé comme suit  :  

PBR = Cours du titre / VNC

Par exemple, si l’action d’une entreprise cote 100 euros, avec une VNC de 5 euros par action, alors cette entreprise a un ratio prix / VNC égal à 20.

Plus ce ration est élevé, plus le marché est prêt à payer cher pour s’offrir l’entreprise à un prix au-dessus de l’actif net. Ainsi, un PBR en dessous ou proche de 1 signifie que l’action est sous valorisée. A l’inverse, un PBR supérieur à 2 peut indiquer que l’action est survalorisée.

Ce ratio est souvent utilisé par les investisseuses values.

Retour sur capitaux propres

Le retour sur capitaux propres (« return on equity », en anglais, abbrévié « ROE ») représente le bénéfice généré par l’entreprise par rapport à son actif net.
Ce ratio se calcule comme suit  :

Retour sur capitaux propres ( %) = Bénéfice / VNC

Il sert d’indicateur de la capacité des dirigeants de l’entreprise à bien employer les ressources apportées par les actionnaires.

En bon investisseur, vous rechercherez bien sûr les entreprises avec un ROE élevé (>15 %). Un ROE élevé et constant est le signe qu’une entreprise dispose d’un avantage compétitif durable.

À l’inverse, un ROE faible ou en décroissance est le signe qu’une entreprise perd son avantage compétitif.